# Philippe ROBIN
mon internet à propos de moi-je
Curiculum Vitae
Accueil du site > Musique > J’ai acheté un oud (luth arabe)

J’ai acheté un oud (luth arabe)

dimanche 21 octobre 2007, par Philippe ROBIN

Nombres de visiteurs : 441
L’oud, parfois appelé luth oriental (en Arabe : عود), est un instrument de musique à cordes pincées très répandu principalement dans les pays arabes , en Turquie, en Grèce et en Arménie. Son nom vient de l’arabe al-oud (le bois), peu à peu transformé en Europe en laute, alaude, laud, liuto, outi ou encore luth.

Description

La caisse piriforme (en forme de demi-poire) est constituée d’un vingtaine de côtes. Le cordier supporte le plus souvent onze cordes, 10 couplées et une basse, et forme un angle accusé avec le manche. La table est généralement percée de trois ouïes. Le manche lisse — non fretté — permet de jouer, tel le violon, toutes les divisions des tons (quarts de tons et tous les micro-intervalles), on utilise un plectre fait d’une tranche fine de corne de vache, d’une plume d’aigle ébarbée et aplatie ou plus prosaïquement de nos jours… un médiator en plastique. Il se tient entre le pouce et l’index, placés en croix, pour pincer les cordes de l’instrument selon deux techniques : le pincement simple ou double. On reconnaît un virtuose de l’oud à l’utilisation équilibrée qu’il fait de ces deux techniques.

Instrument soliste, l’oud est aussi employé comme basse mélodique ou rythmique dans les ensembles instrumentaux.

De l’origine du luth

Le luth trouve son berceau en Babylonie comme celui qui a été découvert sur un bas relief du temple d’Hammourabi. Présent chez les assyriens, il apparaît en Égypte où on le retrouve dans la tombe d’Harmosis (1500 avant J-C). Pendant la première civilisation pharaonienne, les Egyptiens ont utilisé le luth pour leurs cérémonies religieuses et pour leurs fêtes avec d’autres instruments antiques tels que harpe et cithare.

Des instruments similaires se trouvent aussi dans d’autres civilisations, par exemple sous les dynasties chinoises des Tang (618-907) et des Wei du Nord (386-534), le p’i-p’a. Ce dernier, considéré comme instrument principal, était utilisé, aussi bien pour l’accompagnement des chansons que pour les compositions mélodiques en compagnie du Kin chinois et de la cithare qui comptait à l’époque une vingtaine de cordes. L’empire hindou avait inventé vers la même époque beaucoup de variantes de luths, dont le plus réputé fut la vinâ datant de plus 2000 ans avant J.C., son manche abrite sous les frettes des cordes sympathiques. À la même époque, la civilisation grecque honorait le grand philosophe Apilar, considéré au Ve siècle comme le luthiste le plus talentueux.

L’Espagne

Le luth a voyagé, jusqu’en Europe en transitant par l’Andalousie grâce au luthiste Ziryab (décédé vers 852). À l’époque de ce talentueux luthiste, l’Andalousie sous occupation mauresque était devenue la capitale mondiale de la musique arabe . L’oud a pris définitivement sa forme actuelle au début du IXe siècle, (la chanson de Roland par exemple fut jouée sur un luth arabe).

L’Europe développe une nouvelle forme de luth

A la suite des croisades le luth se transforme durant la renaissance et la période baroque en Europe. La corde est jouée entre le pouce et l’index avec le petit doigt posé sur la table et le manche comporte des frettes nouées. À la fin du XVIe siècle, une nouvelle forme de luth à 12 cordes apparaît en Angleterre. Ce luth anglais (Théorbe et chitarrone) servait beaucoup plus à l’accompagnement qu’à la mélodie. Il était très demandé en Europe et se jouait (pincé) avec les doigts. Il est devenu vraiment polyphonique grâce à l’ajout de frettes sur le manche. Il a sans cesse évolué, principalement par l’ajout de cordes graves, jusqu’au XVIIIe siècle.

Répondre à cet article


|Qui suis-je ? | Plan du site | Espace privé | SPIP |Firefox 2